Aller au contenu principal
Coordonné par ONE Office de la Naissance et de l'Enfance
mer.mercredi
20/04
Actualité

Homoparentalité : quel chemin faut-il parcourir pour devenir une famille homoparentale ?

Episode de "Moi, papa!", une série de podcasts sur la paternité

 

Dans cet épisode de « Moi, Papa », podcasts qui abordent en premier la thématique de la paternité, Adrien Devyver, présentateur télévisé ayant la parentalité comme passion, a invité Hugues, papa de 2 enfants de 4 ans, à raconter le chemin réalisé avec son mari Cédric pour devenir une famille homoparentale, ainsi que Bruno Humbeek, psychopédagogue et directeur de recherche au sein du service de sciences de la famille de l’UMons.

La société dans laquelle les deux pères ont évolué peignait les pères comme maladroits et incapables de s’investir dans leur rôle parental ; dans les années 90 on soulignait, même par le biais des recherches scientifiques, les différences et la complémentarité des rôles de la mère et du père, en mettant en avant l’indispensabilité des deux pour le développement sain de l’enfant ; cette société n’existe désormais plus.

Hugues affirme qu'entreprendre un parcours d’adoption s’est avéré difficile pour le couple et d'autres vois ont été privilégiées. En revanche, parmi les facteurs qui ont contribué à faciliter l’aboutissement de leur envie de devenir pères il cite un environnement acceptant leur sexualité, l’extension du droit de devenir parent à tout individu, ainsi que la possibilité de faire appel à la procréation médicalement assistée (PMA).

Bruno Humbeeck précise qu’« il y a des multiples façons d’être papa, qui se basent toujours sur une envie de poursuivre l’odyssée humaine et de participer à cette poursuite » et qui sont également « marquées par la culture dans laquelle on évolue ».

Des éléments ressortis par ces échanges s’adressent sublimement à tous les parents, indépendamment de leur configuration familiale, à savoir :

  • La place accordée à une identité de genre aux confins moins rigides, ce qui permet de définir des rôles parentaux en transcendant des modèles traditionnels de mère et père ainsi que de leur transmission à l’enfant ;
  • L’accent sur une répartition harmonieuse de ces rôles entre parents, en ce qui concerne l’affection d’une part et, d’autre part, la découverte de l’entourage par l'enfant ;
  • L’importance de se déculpabiliser, ce qui permet de sortir d’une logique qui pousse à être de "bons parents" ;
  • Le besoin de prendre du recul sur ses pratiques et ses expériences de la parentalité, grâce aux échanges avec d’autres parents.
Évaluez l'utilité de cet article