Aller au contenu principal
logo
Thème

Accompagner le parent qui confie son enfant à l'adoption

Accompagner le parent qui confie son enfant à l'adoption

Comment accueillir le « non-désir » d’être parent d’un enfant ? Comment accompagner la réflexion d’un parent qui pense à l’adoption pour son enfant ? Comment se concerter entre acteurs du réseau ?

Le Référentiel

La référence en matière de soutien à la parentalité en Fédération Wallonie-Bruxelles

Échanges d’expériences?

Participez aux débats

de Parentalite.be

Plus

Définitions

Le recours à l’adoption est une décision difficile à prendre pour les parents de naissance de l’enfant. C’est pourquoi la législation leur garantit l’accompagnement nécessaire à une décision libre et éclairée. L’information donnée porte en particulier sur les conséquences de l’adoption et sur les aides disponibles pour prendre eux-mêmes l’enfant en charge s’ils changent d’avis (art. 3 de la charte éthique de l’adoption en Communauté française).

En Communauté française, l’accompagnement des parents de naissance est une compétence confiée aux organismes d’adoption agréés.

L’adoption est un processus aboutissant à la création d’un lien juridique comparable à la filiation entre, d’une part, un adoptant ou un couple d’adoptant et, d’autre part, un adopté.

Lorsqu’elle porte sur un enfant, elle ne peut avoir lieu que dans son intérêt supérieur et dans le respect de ses droits fondamentaux (art. 344-1 du Code civil). Même si elle peut aussi répondre au désir des adultes de fonder une famille, l’adoption se présente donc avant tout comme une mesure de protection de l’enfant privé de famille.

L’adoption d’un enfant peut être plénière ou simple.

L'adoption plénière : elle produit globalement les mêmes effets qu’une filiation biologique, notamment en termes de nom, d’autorité parentale et de droits successoraux.

L'adoption simple :  ses effets sont moins étendus et laissent subsister certains liens avec la famille d’origine de l’adopté.

L'adoption peut porter tant sur un familier que sur un enfant non connu. Dans le second cas, elle doit alors être obligatoirement encadrée par une autorité publique ou un organisme d’adoption agréé.

L’adoption peut également être interne ou internationale, selon que l’adopté et les adoptants résident ou non sur le territoire d’un même État préalablement au projet d’adoption.

Pour alimenter votre réseau


Plus d'informations concernant la Direction de l'adoption sur leur site.


Organismes agréés pour l'adoption interne

Organismes agréés pour l'adoption internationale

  • A la Croisée des Chemins asbl: Ce service a des partenariats avec les pays suivants : Russie, République Dominicaine, Colombie, Pérou, Maroc, Bulgarie
  • Amarna asbl :Ce service a des partenariats avec les pays suivants : Afrique du Sud, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Madagascar, Pologne, Thaïlande
  • Enfants de l'Espoir asbl :Ce service a des partenariats avec les pays suivants : Inde, Thaïlande, Vietnam, Maroc, Haïti, Roumanie
  • SDEL ASBL - Sourires d'Enfants - Larisa: Ce service a des partenariats avec les pays suivants : Guinée, Haïti, Niger, Philippines, Togo

Organisme agréé pour l'adoption interne et l’adoption internationale (enfants porteurs de handicap)

 

Sous-thèmes

Des ressources vidéo

A voir aussi

"Air de Familles" - Fruit d'une collaboration entre l'Office de la Naissance et de l'Enfance et la RTBF

Confier son enfant à l'adoption

Textes législatifs

icon vidéo
Convention sur la protection des enfants et la coopération en matière d'adoption internationale

icon vidéo
Décret relatif à l'adoption

Ressources

icon vidéo
Moïse, Œdipe, Superman. De l’abandon à l’adoption

icon vidéo
Elles accouchent et ne sont pas enceintes : le déni de grossesse

VOIR PLUS